Leçon de vie

THEME: LUTTE CONTRE LES GROSSESSES EN MILIEU SCOLAIRE

Titre : la contraception et les droits en santé sexuelle et de reproduction des jeunes (SSRJ)

I/ les droits à la santé sexuelle et de reproduction des jeunes

1- Définition de la santé sexuelle et de reproduction :

La santé sexuelle et de reproduction des jeunes, c’est  le bien-être physique et émotionnel  incluant la capacité des jeunes à éviter  les grossesses non souhaitées, les avortements à risque, les infections sexuellement transmissibles dont le VIH/SIDA

2-Identification des droits à la santé sexuelle et de reproduction des jeunes

Selon les conventions ratifiées par de nombreux pays, ces droits sont :

– Etre informé des conséquences des comportements à risques, des services de préventions et de prise en charge.

Obtenir les services sans discrimination de sexe, de croyance,  ou d’origine géographique.

Décider librement de l’utilisation des services de contraception, de dépistage et de l’utilisation de l’un des quelconques services disponibles

– Etre sûrement et efficacement protégé par les services  de santé sexuelle et reproductive

Bénéficier d’un environnement intime durant l’assistance ou la prestation des services.

Etre  assuré que toute information personnelle restera confidentielle.

Etre traité avec courtoisie et  considération

Se sentir à l’aise lors de la prestation des services

Recevoir les services et fournitures essentiels  aussi longtemps que nécessaires

Exprimer ses opinions sur les services offerts.

3-Importance du respect des droits des jeunes en santé sexuelle et de reproduction

L’usage correct de ces droits :

-met les jeunes à l’abri des dangers liés à la sexualité ;

-les amène à s’épanouir et à se prendre en charge ;

– permet de contrôler leur vie sexuelle.

II- La contraception

1- Définition de la contraception :

La contraception désigne l’ensemble des moyens employés pour empêcher de façon temporaire chez la femme ou chez l’homme la fécondité c’est-à-dire les différentes méthodes qui ont pour but d’éviter une grossesse.

2- Les différentes méthodes de contraception

Il existe plusieurs méthodes de contraception. Ce sont :

a.       les méthodes naturelles

Il s’agit de toutes les méthodes qui ne font appel à aucun médicament, ni à aucun dispositif médical.

Parmi ces méthodes, on peut citer :

la méthode des températures : elle repose sur le fait que la température du corps augmente de 0.5°C au moins au moment de l’ovulation. La température reste à ce niveau élevé jusqu’à l’arrivée des règles suivantes ;

la méthode de retrait :

le garçon retire son pénis du vagin juste avant l’éjaculation, qui se produit donc à l’extérieur.

La méthode d’Ogino knaus :

Elle part du principe que l’ovulation survient normalement 14 jours avant les prochaines règles et tient compte de  la durée de vie de l’ovule  (1 à 2 jours) et des spermatozoïdes (2 à 4 jours).

Ces méthodes naturelles sont peu fiables.

b.      Les méthodes mécaniques

Elles consistent à mettre une barrière (préservatif masculin ou féminin, diaphragme) entre l’ovule et les spermatozoïdes ou à empêcher la nidation par l’utilisation de stérilet.

c.       Les méthodes chimiques

Elles consistent à utiliser les pilules, l’implant, l’injectable et les spermicides.

La pilule, l’implant et l’injectable bloquent l’ovulation et empêchent  la nidation.

Les spermicides tuent les spermatozoïdes.

NB : Aucune de ces méthodes n’est efficace à 100%.

L’abstinence sexuelle, attitude qui consiste à éviter toute relation sexuelle avant le mariage permet d’éviter une grossesse et les IST, VIH/SIDA.

3. l’importance de la contraception.

La contraception bien menée favorise :

-l’épanouissement physique, moral et social de la fille ;

-la possibilité de continuer et de terminer ses études ;

-la possibilité de participer au développement harmonieux du pays ;

-avoir l’estime de soi et de ses parents.

– le développement de la maîtrise de soi.

-éviter les grossesses non désirées ;

– éviter les IST/VIH avec l’utilisation correcte du préservatif masculin ou féminin

4. Structures offrant des services en santé sexuelle et de production

Ces structures sont :

– les médico-scolaires  ou Service de Santé Scolaire et Universitaire (SSSU);

-l’Association Ivoirienne pour le Bien-être Familial (AIBEF) ;

-les services de la Protection Maternelle et Infantile (PMI).

-les centres d’écoute et cellules sociales

Résumé

Les méthodes contraceptives contribuent  à l’éradication des grossesses en milieu scolaire, à l’épanouissement des élèves et garantissent leurs droits à la santé sexuelle et de reproduction.

Mais seule l’abstinence sexuelle protège absolument les jeunes contre les grossesses, les IST et le VIH/SIDA.

Poster un Commentaire

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des